L'affaire du sein nu de Janet Jackson

Point de vue - Images du Nouveau Monde


 

Décidément, Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673), était un bien plus grand visionnaire que l'on ne pensait. Dans sa pièce Le Tartuffe (qui ne fut autorisée qu'en 1669, les deux premières versions ayant été interdites en 1664 et 1667!), il fait dire à son personnage la célébrissime réplique «Couvrez ce sein que je ne saurais voir!». C'est exactement ce que l'Amérique entière a déclaré le 1er février lors de la mi-temps, pendant la retransmission en direct du Super Bowl où près de 100 millions de téléspectateurs ont eu le privilège d'admirer la mamelle furtive (et ornée d'un piercing) de Janet Jackson (Plus de deux cent mille plaintes comptabilisées!).

Voici, pour mémoire, les titres de certains articles de l'AFP, publiés entre le 2 et le 11 février 2004: - Embarras autour d'un sein dévoilé de Janet Jackson, - Le sein droit de Janet Jackson affole l'Amérique, - Janet Jackson s'excuse pour un sein nu en 'prime time' à la télévision, - Les Oscars en différé à la télé américaine à cause du sein de Janet, - Janet Jackson pourrait ne pas se rendre aux Grammy Awards, - Le sein de Janet Jackson pulvérise (sic) le 11 septembre pour les recherches Web, - Janet Jackson écartée de la présentation des Grammys à cause de son sein, - Sein nu de Janet Jackson: un Américain porte plainte et espère être indemnisé, - L'affaire du sein dénudé de Janet Jackson porté devant le Congrès américain… Une véritable déferlante médiatico-onaniste! Et, à noter, ce titre sans doute involontairement ambigu du Journal de Montréal (03/02/2004): L'Amérique ébranlée par un sein

En jaillissant de sous son bonnet de cuir noir, cet espiègle nibar (qui s'est donc fait… la belle!) a voluptueusement et définitivement pénétré (violé ?) le 'conscient' collectif étasunien, ce qui nous ramène directement aux 'Métamorphoses et symboles de la libido' (1912) du vénérable Carl Gustav Jung (alors que par ailleurs, le moindre vidéo-clip d'MTV comporte des scènes d'un érotisme torride!).

Non mais, quelle pantalonnade (sic) que ce bustier déchiré! Une aussi douce apparition provoquant une telle névrose psychotique révèle un manque flagrant de maturité (sexuelle, du moins) chez nos cousins américains (mais ne pleure pas Janet, dans certains pays 'du sud', tu aurais été lapidée !). On avait déjà pu en juger, et rigoler, avec notre bel esprit gaulois, lors de l'affaire Monica Lewinsky (ce non-évènement!). L'affaire fait presque autant de bruit que le fougueux baiser sur la bouche échangé, en août dernier, par les chanteuses Madonna et Britney Spears lors des MTV Video Awards.

C'est là que l'on constate qu'il n'y a pas que l'Atlantique qui nous sépare de l'Amérique puritaine. Rappelez-vous, il y a 8 ans, les obsèques de François Mitterrand auxquelles ont pu dignement assister (d'un commun accord) son épouse, son ancienne maîtresse et sa fille 'naturelle', une situation encore inconcevable aux États-unis. D'ailleurs, jusqu'au bout, la presse hexagonale avait respectueusement 'préservé' l'existence de Mazarine, alors que Bill Clinton a bien failli être destitué (par la Cour Suprême!) pour une simple gâterie extra-conjuguale.

Et comme l'a dit un autre grand visionnaire (Shakespeare, en 1600) : «Much Ado About Nothing! (Beaucoup de bruit pour rien)». Seulement c'est aussi là que se vérifie la boutade lancée dans les années 1960 par le professeur Edward Lorenz (éminent météorologue du 'Massachusetts Institute of Technology') et remise à la mode il y a quelques années : est-ce qu'un battement d'ailes de papillon au Brésil peut provoquer une tornade au Texas? Oui, car on voit bien que la simple pulsation d'un galbe pectoral déclenche une crise massive de tachycardie au niveau national. Palpitant, non ?! Bon d'accord, on sait bien que là-bas le Super Bowl est le spectacle grand public et familial par excellence, mais alors pourquoi l'irruption d'un streaker (i.e. un 'aficionado' qui se met à courir nu, ou presque nu, sur le stade pendant un match) n'a-t-elle suscité que quelques rictus? (En y regardant bien, les fesses poilues d'un homme, c'est moins appétissant, je vous l'accorde!). Ce zygoto mâle s'est exhibé en pleine connaissance de cause, mais la question qui taraude (sic) les WASP (mot qui veut d'abord dire 'guêpe' mais qui est l'abréviation de 'White Anglo-Saxon Protestant', i.e. les membres de l'élite des blancs protestants d'origine anglo-saxonne), c'est : «Janet et Justin l'ont-ils fait délibérément ou est-ce un accident vestimentaire» ? Sans oublier que le procès (pour… comportement indécent) d'un certain Michael Jackson est toujours en cours d'instruction…

En même temps, outre le téton rebelle, ce qui a littéralement accroché le regard du spectateur lambda, c'est l'accessoire décoratif métallique posé autour, un enjoliveur de mamelon en forme de soleil (ce qui a d'ailleurs laissé croire à certains qu'il était là pour être montré!).

Selon le témoignage de plusieurs professionnels (tatoueurs, scarificateurs et autres perceurs de derme) américains, depuis le 'nipplegate', les bijoux du même genre se vendent comme des petits pains, de 30 à 100 dollars pièce, dans tous le pays. Et les commandes explosent sur l'Internet. Voilà un formidable coup de pub pour le moins inattendu! Par contre, la chaîne de télévision CBS et le producteur MTV risquent bien d'en faire les frais et que de remises en question pour les hautes instances médiatiques! Citons une autre boutade célèbre, celle de Blaise Pascal (1623-1662, exact contemporain de Molière!): «Si le nez de Cléopâtre eût été plus court, la face du monde en eût été changée». A un tout autre niveau, nous pouvons désormais considérer que le sein de Janet Jackson devrait profondément modifier le paysage audiovisuel américain…                                                    [Raymond Vergé]

Sein de Janet Jackson: la chaîne CBS remporte une bataille judiciaire

NEW YORK (AFP) - 21/07/2008 17h02


 

L'exhibition d'un sein par la chanteuse Janet Jackson sur la chaîne CBS en 2004, à une heure de grande écoute, ne justifie pas l'amende d'un demi-million de dollars requise par l'autorité fédérale de régulation des médias aux Etats-Unis, a décidé lundi la justice américaine.

 

Plus de quatre ans après l'incident, trois juges d'un tribunal fédéral de Philadelphie, en Pennsylvanie (est), ont annulé l'ammende de 550.000 dollars infligée en septembre 2004 à la chaîne américaine par la Commission fédérale des Communications (FCC).

 

"La FCC ne peut pas infliger une amende à la chaîne CBS en tant que responsable des agissements de Janet Jackson", a jugé le tribunal.

 

L'apparition de ce sein nu pendant quelques secondes à la télévision avait suscité un grand émoi aux Etats-Unis en février 2004, alors que le Super Bowl, la finale du championnat de football américain, était regardé par quelque 90 millions de téléspectateurs.

 

Les juges ont considéré que la décision de la FCC était "arbitraire et capricieuse", concernant une image d'à peine quelques secondes et que la chaîne n'avait évidemment pas pu empêcher.

 

"Montrer une scène indécente prévue dans un scénario ou un programme enregistré aurait démontré une culpabilité", ont expliqué les juges, en indiquant que cela n'avait pas été le cas sur CBS, dont le programme était diffusé en direct.

 

Légende photo: Janet Jackson et Justin Timberlake, le 1er février 2004 lors du Super Bowl

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

http://www.ladepeche.fr/article/2008/11/21/495754-L-affaire-du-sein-de-Janet-Jackson-remonte-a-la-Cour-supreme.html

Publié le 21/11/2008 01:20 - Modifié le 21/11/2008 à 09:48 |
© 2008 AFP

L'affaire du sein de Janet Jackson remonte à la Cour suprême

 

Le gouvernement a saisi la Cour suprême des Etats-Unis pour qu'elle rétablisse une amende d'un demi-million de dollars contre la chaîne CBS pour la diffusion en direct d'images du sein nu de Janet Jackson en 2004, selon des documents judiciaires que l'AFP s'est procuré jeudi.

 

La plus haute juridiction du pays doit maintenant décider si elle accepte de se saisir de cette requête.

 

Le gouvernement américain demande aux neuf sages de trancher dans cette affaire qui avait provoqué un vif émoi dans le pays. A une heure de grande écoute était apparu pendant quelques secondes le sein nu de la chanteuse lors de la finale du Super Bowl, le championnat de football américain, regardé par quelque 90 millions de téléspectateurs.

 

La commission fédérale de régulation des communications (FCC), qui n'a autorité que sur les chaînes de télévision non câblées et les radios, avait requis contre CBS une amende de 550.000 dollars.

 

Mais après trois années de bataille judiciaire, une cour d'appel fédérale de Philadelphie (Pennsylvanie, est) a annulé l'amende en juillet car la chaîne ne pouvait être considérée comme responsable des agissements de Janet Jackson.

 

Dans sa requête devant la Cour suprême, le gouvernement, au nom de son agence fédérale, conteste cette décision en appel selon laquelle la FCC a pris une décision "arbitraire et capricieuse". Le gouvernement estime en effet que la diffusion de cette "nudité publique" la plus largement diffusée "dans l'histoire de la télévision (...) tombe sous le coup des interdictions fédérales en matière d'indécence".

 

La Cour suprême s'était saisie l'an dernier d'un cas parallèle, qu'elle a examiné début novembre, à savoir si la FCC peut sanctionner une chaîne de télévision ou une radio au premier mot grossier prononcé en direct, au nom de la décence. 

 

Légende photo: Janet Jackson et Justin Timberlake lors de la finale du Super Bowl, le championnat de football américain, le 1er février 2004 à Houston

Donald Miralle AFP/Getty Images/Archives

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'affaire du sein nu de Janet Jackson pourrait venir devant la Cour suprême

WASHINGTON (AFP) - 19.04.2012 08:18

Le gouvernement américain a fait appel devant la Cour suprême d'un arrêt donnant raison à la chaîne de télévision CBS dans l'affaire du sein nu de la chanteuse Janet Jackson, qui était apparu en direct à la télévision, apprend-t-on jeudi auprès de la haute Cour.

Un sein de Janet Jackson (g) apparait en plein concert alors que la chanteuse est en duo avec Justin Timberlake pendant la finale du championnat de football américain, le 1er février 2004. Getty Images/AFP/Archives - Donald Miralle

 

En novembre 2011, la cour d'appel fédérale de Philadelphie (Pennsylvanie, est) avait annulé l'amende de 550.000 dollars obtenue à l'encontre de CBS par la Commission fédérale de régulation des communications (FCC), qui a autorité sur les chaînes de télévision non câblées et les radios.

Dans son appel devant la plus haute juridiction du pays, la FCC demande que la haute Cour décide "si la Commission a agi de manière arbitraire et capricieuse en déterminant que la nudité (montrée) dans un programme télévisé à grande diffusion relève de l'indécence prohibée" par les autorités à la radio et à la télévision.

Mais elle lui demande de réserver son jugement après qu'elle ait tranché fin juin une autre plainte similaire déposée par la Commission à l'encontre de la chaîne Fox.

"La décision de la Cour contre Fox pourrait éclairer la résolution de cette affaire", a écrit la FCC dans sa requête.

Dans le dossier contre Fox plaidé en janvier, la Cour suprême doit décider si le combat contre "l'indécence" à la télévision est toujours justifié. Il s'agit cette fois de mots grossiers employés en direct par des vedettes.

La Cour suprême devra décider ultérieurement si elle se saisit ou non de la nouvelle plainte de la FCC. Selon le site officiel de la haute Cour, la chaîne CBS a jusqu'au 17 mai pour y répondre, ce qui exclut une décision des neuf sages avant cette date.

La Cour d'appel de Philadelphie avait déjà jugé en juillet 2008 que la chaîne ne pouvait être considérée comme responsable des agissements de Janet Jackson. Mais la Cour suprême avait annulé cette décision en mai 2009 et renvoyé l'affaire devant cette même cour d'appel afin qu'elle revoie son jugement à la lumière d'une nouvelle jurisprudence.

Les neuf sages avaient au préalable autorisé le gouvernement à poursuivre les chaînes de télévision non câblées et les radios qui diffuseraient des mots grossiers prononcés en direct.

L'affaire du sein de Janet Jackson avait provoqué un vif émoi dans le pays: lors de la finale du championnat de football américain, suivie par 90 millions de télespectateurs, était apparu pendant quelques secondes en février 2004 le sein nu de la chanteuse.

Dans l'affaire impliquant Fox, la chanteuse Cher et la riche héritière Nicole Richie avaient prononcé les mots "p..." et "m..." lors de soirées de remises de récompense diffusées en direct sur la chaîne. © 2012 AFP



21/11/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres