CONSEILS A NE PAS SUIVRE

            Vaisseau spatial


              Dans les Pyrénées, lorsque j'avais fumé un pétard chez des amis et qu'il me fallait rentrer chez moi au milieu de la nuit par les petites routes qui avaient dû laborieusement s'adapter aux fantaisies très diverses du relief, la notion de pilotage prenait son sens le plus jubilatoire.


          Une fois installé aux commandes de mon petit aéronef, bien calé et harnaché, observant scrupuleusement toutes les procédures, je quittais le pas de tir dans le murmure approbateur du différentiel rehaussé par le chant d'une respiration discrètement ventilée et le bruissement joyeux de la carlingue qu'accentuait une coulée d'air sur l'empennage.

          Et dès que j'avais atteint la vitesse de croisière, toujours résolument en dessous des normales saisonnières, il ne me restait plus qu'à apprécier à leur juste valeur les mouvements de résistance aérodynamique imprimés dans l'espace par le galbe du fuselage associé à l'admirable logique du moteur à explosion avec lequel je me sentais en totale communion, savourant la grâce et l'élégance des trajectoires, épousant idéalement la courbure lisse des virages, subjugué que j'étais par le rythme lancinant de la valse trainante et douce qu'impulse la force centrifuge (parfois centripète), exalté par l'ascension irrésistible des côtes (ah, l'ivresse des sommets !), grisé par le délicieux vertige d'une descente déclinée en une suite de lacets qui s'enfilaient voluptueusement dans un slalom hypnotique et au déhanchement glamour, suivi à l'occasion par le survol majestueux d'une belle ligne droite venant comme un aboutissement rédempteur vous mettre les neurones dans un état cataleptique certes mais incroyablement lucide, procurant à l'esprit un sentiment de détachement sublime et libérateur, pendant que défilait de part et d'autre de ce couloir céleste une infinité de mondes mystérieux, en continuelle expansion derrière la lumière des phares qui les laissait entr'apercevoir, recélant des cités antiques et fantasmagoriques, peuplées d'êtres prodigieusement fabuleux qu'animent à votre endroit de bienveillantes dispositions, lesquelles sont converties, pour les besoins de la communication intergalactique, en sourires télépathiques dont le rayonnement irradie tout votre être dans un fourmillement rachidien des plus délectables alors que vous passez enfin la quatrième, puis la cinquième (si le modèle s'y prête), par le seul influx de votre pensée car le véhicule n'est plus qu'une extension de vous même, un prolongement naturel établi par une osmose spontanée qui s'est réalisée à l'époque immémoriale où vous avez pris le volant d'une main rigoureusement détendue.

          Dans cet état de recomposition avancée, il ne m'est jamais, au grand jamais, arrivé de prendre le moindre risque, chaque manœuvre ou manipulation étant froidement et parfaitement exécutée, dans le plus grand respect des règles et des lois, de l'environnement immédiat et, bien sûr, des autres usagers.

            Ce qui n'était certainement pas le cas lorsque j'avais un peu trop abusé de bon vin, même si je n'ai jamais eu d'accident "sous influence", car la différence essentielle par rapport au "oinj' se mesure à la vitesse qui augmente de façon exponentielle tout en restant inversement proportionnelle au temps de réaction devant un évènement imprévu.

           En outre (… de vin), les gestes sont secs et nerveux, quand ils ne sont pas carrément rageurs. L'esprit de compétition refait surface, parfois avec un visage hideux et vindicatif, alors que, quand vous avez tiré sur le tarpé, vous vous fichez complètement d'être doublé ou ralenti par d'autres véhicules, et c'est une attitude de grande tolérance qui domine tous les aspects du comportement.

          Bien sûr chacun ne réagit pas de la  même façon, mais ce sont quand même des caractéristiques générales qui se vérifient dans la plupart des cas. Il ne s'agit pas ici d'une quelconque incitation à consommer du cannabis, sachant que, pour diverses raisons, je ne fume plus moi-même, ou à remplacer l'alcool par le shit, mais tout simplement à donner son humble avis dans un débat d'importance nationale puisque qu'il est estimé qu'environ 2 millions de Français fument régulièrement (du teuch ou de la beu) tout en poursuivant une vie de citoyens parfaitement intégrés, responsables et productifs, quand ce n'est pas créatifs, avec souvent des enfants à charge. Il serait bon que cesse l'hypocrisie: le cannabis n'est pas plus dangereux que bien des produits légaux aisément accessibles.

Raymond Vergé

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Le cannabis est moins dangereux que l'alcool et le tabac,

selon un rapport britannique - LONDRES (AFP) - 02/10/2008 19h28

Personne allumant un joint

Consommer du cannabis est moins dangereux que boire de l'alcool ou fumer du tabac, selon un rapport publié jeudi par une organisation caritative britannique qui plaide pour une "révision importante" de la législation sur les drogues.

"Même si le cannabis peut avoir un impact négatif sur la santé, notamment sur la santé mentale, en termes de nuisance relative il est considérablement moins nocif que l'alcool ou le tabac", écrit dans un rapport la Fondation Beckley, une organisation spécialisée dans la santé.

En mai 2008, le gouvernement britannique a annoncé son intention de reclasser le cannabis parmi les drogues douces, revenant sur une décision de 2004 qui l'avait rétrogradé au rang de simple tranquillisant.

La loi britannique classe les drogues en trois catégories: A --les drogues dures comme la cocaïne ou l'héroïne--, B --les drogues douces comme les amphétamines-- et C, qui regroupe notamment les stéroïdes, les tranquillisants ou les antibiotiques.

Ce reclassement en catégorie B, qui se veut dissuasif, découle d'une généralisation inquiétante depuis 2004 du "skunk", une variété de cannabis reconnaissable à sa forte odeur et à la forte capacité psychotrope, et qui représente désormais 80% des quantités de cannabis saisies dans les rues contre 15% quatre ans plus tôt.

La peine maximale pour possession d'une drogue de classe B est de cinq ans de prison. Elle est de deux ans pour la catégorie C.

La Fondation Beckley affirme que deux décès seulement ont été attribués dans le monde à la consommation de cannabis, tandis que l'alcool et le tabac causent la mort d'environ 150.000 personnes par an uniquement au Royaume-Uni.

"La plupart des dommages attribués au cannabis découle de l'interdiction elle-même, en particulier les problèmes sociaux qui surgissent après une arrestation et un emprisonnement", a poursuivi le rapport.

"Ce n'est que par la réglementation du marché que nous pouvons mieux protéger les jeunes des drogues encore plus dangereuses", a-t-il affirmé, soulignant que l'interdiction du cannabis n'a eu que peu, voire aucune conséquence sur l'approvisionnement et a transformé ses consommateurs en criminels. © 2008 AFP

(…)

Un grimpereau, cherchant à boire,
Vit un arum, parmi le thym,
Qui dans sa feuille, blanc ciboire,
Cachait la perle du matin;

Son bec, dans cette vasque ronde,
Prit la goutte d'eau qui brilla;
La plus belle feuille du monde
Ne peut donner que ce qu'elle a.

Victor Hugo, "Les Chansons des rues et des bois"
LIVRE SECOND / SAGESSE / I AMA, CREDE

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Drogues: plus de 4 millions de consommateurs en France, selon la Mildt - TOULON (AFP) - 24/09/2008


Un jeune fait brûler de la résine de cannabis 
lors d'une fête foraine à Bordeaux, en 2005

         Plus de 4 millions de personnes consomment de la drogue en France, de la cocaïne au cannabis, de l'héroïne aux produits de synthèse, selon la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt).

          En marge de la visite des ministres de l'Intérieur français, Michèle Alliot-Marie, et espagnol, Alfredo Perez Rubalcaba, au futur Centre d'enquête et de coordination de la lutte anti-drogue en Méditerranée (CECLAD-M), le président de la Mildt, Etienne Apaire, a détaillé ces chiffres à l'AFP.

        En France "il y a environ 150.000 héroïnomanes", a-t-il dit, en relevant que dans des pays producteurs d'opium (la base de l'héroïne) comme l'Afghanistan et le Pakistan, il y en avait respectivement "un million et trois millions".

        La France compte également "250.000 cocaïnomanes et autant de consommateurs de produits de synthèse". Ces deux chiffres "ont doublé depuis 2002", a-t-il ajouté.

         Quant au cannabis, il existe "4 millions d'expérimentateurs, dont 1,2 million sont des consommateurs réguliers, fumant jusqu'à 10 joints par mois", et, parmi ces derniers, "ils sont 550.000 à fumer au moins un joint chaque jour".

         Si la consommation d'une ou plusieurs de ces drogues par une seule et même personne n'est "pas inenvisageable", a reconnu M. Apaire, qui n'a pas pu en quantifier l'usage. © 2008 AFP

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Le cannabis soulage les douleurs neuropathiques

MONTREAL (AFP)-30.08.2010 - Fumer du cannabis permet d'affaiblir les douleurs neuropathiques chroniques et aide à dormir, ont confirmé des chercheurs canadiens auteurs d'une étude dont les résultats viennent d'être publiés dans le journal de l'Association médicale canadienne (CMAJ).


Des plantes de cannabis - AFP/Getty Images - Justin Sullivan

L'équipe conduite par le Dr Mark A. Ware, des départements d'anesthésie et de médecine familiale de l'Université McGill de Montréal, a observé aussi que le recours à l'herbe est bien toléré par les patients et améliore leur moral, indique le CMAJ.

Leur recherche a porté sur 21 adultes souffrant de douleurs neuropathiques chroniques consécutives à un traumatisme ou à une intervention chirurgicale.

Ceux-ci ont inhalé à tour de rôle, avec des interruptions de neuf jours, trois doses différentes de cannabis et aussi du placebo et il a été observé que la dose la plus forte du principe actif du cannabis, soit 25 milligrammes de tetrahydrocannabinol à 9,4%, fumée trois fois par jour pendant cinq jours, produisait les effets bénéfiques les plus marqués.

Une étude de l'efficacité et d'éventuels effets secondaires d'un traitement à plus long terme est recommandée, concluent les chercheurs.

Les doses utilisées dans cette étude sont nettement plus faibles que celles absorbées en moyenne par les amateurs qui fument du cannabis pour leur plaisir. © 2010 AFP

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Manifestation pour la dépénalisation du cannabis - PARIS (AFP) - 07.05.2011

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés samedi après-midi place de la Bastille à Paris pour réclamer la dépénalisation de la consommation de cannabis, la régulation de sa production et sa prescription dans un cadre thérapeutique.

Un manifestant pour la légalisation du cannabis brandit un drapeau, 
place de la Bastille à Paris, le 7 mai 2011

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi, à Paris notamment, pour réclamer la dépénalisation de la consommation de cannabis, la régulation de sa production et sa prescription dans un cadre thérapeutique.

Les manifestants étaient 1.500 dans la capitale selon les organisateurs, 250 selon la police. Environ 60 personnes ont défilé dans le centre de Lyon en scandant "cannabis légal", une vingtaine ont été signalées à Cognac (Charente), une dizaine à Marseille...

Aux cris de "je ne me drogue pas, je me soigne" ou "on veut du bédo bio", le cortège parisien, d'où s'échappaient des effluves de chanvre, a marché sans incident de Bastille jusqu'à la place de la rotonde de Stalingrad (XIXe).

"A un an des élections présidentielles, on veut faire émerger le thème de la dépénalisation dans la campagne politique", a dit à l'AFP Farid Ghehioueche, de l'association Cannabis sans frontières.

"Il y a 4 millions de consommateurs réguliers de cannabis en France, 12 millions de consommateurs occasionnels. Il n'y a pas ou très peu de gens qui meurent du cannabis, en revanche, il y a des morts liés au trafic illicite", a souligné pour sa part André Gattolin, délégué national d'Europe Ecologie Les Verts, présent dans le cortège.

"Je suis persuadé que la dépénalisation, accompagnée d'une production de cannabis contrôlée, permettrait de faire baisser cette violence", a-t-il poursuivi, relayant les propos récents de Stéphane Gatignon, maire EELV de Sevran (Seine-Saint-Denis), ville gangrenée par le trafic de cette drogue.

Les participants à cette "marche mondiale du cannabis" ont répondu à l'appel d'une quinzaine d'associations et de groupes politiques, dont Act Up, AIDES, le CIRC (Collectif d'information et de recherche cannabique), Cannabis sans frontières, les Jeunes écologistes, EELV, le Mouvement des jeunes socialistes ou la Ligue des droits de l'homme. © 2011 AFP

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Le 5 août 2013 - Dominique Jamet [Journaliste et écrivain]

Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais.

 

Entre les différentes drogues susceptibles d’entraîner, outre des addictions sérieuses, des conséquences humainement et socialement désastreuses, on laissera à chacun le soin d’opérer son propre classement et de décider laquelle, de l’alcool, de la politique, de l’opium, de la religion, du jeu, de l’argent, du tabac ou de la marijuana, aura suscité le plus d’injustices, de maladies, de morts, de crimes, de guerres et aura donc été finalement la plus nuisible à l’humanité. De même n’abordera-t-on pas, dans le cadre restreint d’un simple article, le débat, d’ordre philosophique, sur le point de savoir si l’être humain a le droit de disposer de lui-même.

Bornons-nous aux faits : dans tous les pays qui ont déclaré, il y a une quarantaine d’années, avec les meilleures intentions du monde, la guerre au cannabis, comme les États-Unis l’avaient fait dans les années vingt à l’alcool, la prohibition a donné les mêmes résultats, pour les mêmes raisons. Non seulement la demande, et donc la consommation, ont augmenté de manière exponentielle, mais l’interdiction a laissé au crime organisé, qui s’en est emparé, avec le monopole de ce marché des ressources fabuleuses et c’est l’ensemble des sociétés occidentales qui subit désormais les effets pervers d’une politique erronée, avec la mainmise des narcotrafiquants sur certains États, la marée montante de la corruption et la prolifération des règlements de comptes entre des gangs de plus en plus puissants et de mieux en mieux armés.

Aussi bien faudra-t-il suivre attentivement l’expérience singulière que tente l’Uruguay. La Chambre des députés vient d’y voter, et le Sénat s’apprête à la ratifier, la légalisation du cannabis dont l’État contrôlera désormais la plantation, la culture, la récolte, le stockage et la commercialisation dans des conditions analogues à celles qui prévalent dans la plupart des pays occidentaux pour l’alcool ou le tabac. Mauvaise nouvelle pour les trafiquants.

Maintenant, direz-vous, si le choix de la répression était le mauvais choix, aussi bien en termes d’efficacité que de santé et d’ordre public, pourquoi la France et l’ensemble des pays occidentaux s’obstinent-ils dans une politique qui a échoué, comme le savent et le constatent la police, la justice et l’ensemble des citoyens confrontés désormais à l’irruption spectaculaire de la guerre des gangs dans l’espace public ? Est-ce parce que l’on est toujours aussi convaincu dans les sphères dirigeantes de la nocivité du haschisch ou parce que, dans la conjoncture actuelle, on ne saurait comment faire face à l’armée du crime que la dépénalisation mettrait au chômage ?

``````````````````````````````````````````

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-cannabis-au-volant-30-fois-139280

Le cannabis au volant 30 fois moins dangeureux que l’alcool au volant

Les opposants à la légalisation du cannabis vont devoir trouver un autre argument que celui de la sécurité routière pour défendre la prohibition du cannabis. Une étude scientifique passée inaperçue ou passée sous silence publiée en juin décrédibilise complètement leur thèse. Il suffit de lire le titre pour le comprendre.

De plus en plus à court d'argument contre la légalisation du cannabis, les opposants à la légalisation de cette plante ont choisi comme nouveau cheval de bataille celui la sécurité routière et ont pris pour habitude de monter en épingle chaque accident grave de la circulation impliquant un consommateur et de profiter de la charge émotionnelle que peut créer pareil accident pour diaboliser autant que faire ce peut cette plante et imposer leurs visions du monde.

Mais qu'en est-il vraiment ? Le cannabis est-il aussi dangereux qu'ils veulent nous le faire croire ? Contre toutes attentes, il semble bien que non !

Une équipe de scientifiques s'est longuement penché sur le sujet et a fait une série de révélations hallucinantes lors de la publication des résultats de leurs travaux.

En effet, leur étude menée parallèlement dans différents pays qui porte sur la dangerosité de la consommation de substances psychotropes au volant quelles soient légales(alcool et médicaments) ou illégales (cocaïne, héroïne, metaamphetamine, cannabis...) associées ou non, vient d'être publié sur le site internet Accident Analysys & Prevention et ses résultats sont à l'antithèse du discours tenu par les politiques de tout bord. Politiques qui martèlent sur toutes les ondes que le cannabis tue sur les routes, et se cachent derrière cet argument pour retarder la légalisation de cette plante comme c'est déjà le cas en Uruguay ou dans deux états américains.

Cette étude met non seulement en lumière que le cannabis est de loin la substance la moins dangereuse de toutes les substances psychotropes étudiées avant de prendre le volant à l'inverse de l'alcool, bien que légal, qui est la substance la plus dangereuse.

Autre fait marquant, et pas des moindres, il est trente fois plus dangereux de prendre le volant en ayant plus 0.8 g d'alcool par litre de sang que de prendre le volant après avoir consommé du cannabis et ce quelle que soit la quantité consommée.

Et pour couronner le tout, dans certains cas la consommation de cannabis aurait amélioré les performances de conduite des conducteurs.

A en croire les études publiées sur le cannabis, le risque majeur pour un consommateur semble toujours être celui de se faire interpeller.

[Par Pierre Lair lundi 5 août 2013 - 105 réactions]


Sur le même thème


22/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres